riboulrencontres

rencontres

31 mars 2008

GRAIN DE SEL DE MARION

Madame L. peint sur la toile les petites choses quotidiennes d'une vie de famille, d'une maison pleine d'enfants et de sentiments. Cette fois elle nous raconte ce qu'est le printemps, au fond de son coeur de maman...

     Au début c’est juste une idée, une envie, et peut être une lumière un peu différente quand on se lève un dimanche matin.
C’est la porte de la maison qu’on laisse ouverte pour que monsieur Aimé puisse aller courir dehors voir si les chevaux sont loin. Il l’a demandé tout l’hiver et ce matin là, il est libre d’aller et venir dehors. Aller-retours de la porte d’entrée jusqu’au petit muret. Il fait encore froid mais mademoiselle Blanche a décidé de mettre son joli haut à pois. « est-ce que c’est joli maman ? » Une petite tunique de printemps, avec un sous-pull dessous et un gros pull dessus.
     Ce sera le premier printemps de monsieur Marcel. son premier arbre de pâques, la première fois qu’il regardera ses frères et sœurs chercher les chocolats. A la fin du mois de mars, il aura Cinq mois, encore un peu plus grand.
Ce sera le moment du premier biberon, parce qu’un mois après, madame L devra repartir travailler. Et cette année, pour elle, le printemps c’est aussi ça, la fin de quelques mois jamais séparée de son bébé, jamais très loin de ses enfants. On lui dit renaissance et pour l’instant, elle pense séparation. Une petite boule s’est installée au fond de sa gorge depuis qu’elle a regardé son calendrier. Elle se disait « j’ai le temps » depuis si longtemps. C’est bientôt maintenant. Mais il faudra apprendre à s’éloigner, un peu, et penser au plaisir de revenir à la fin de chaque journée.
C’est mademoiselle Joséphine, sa grande de fille de treize ans, qui l’aide à envisager ce moment. Sans vraiment pouvoir l’expliquer, elle est plutôt contente que sa mère reparte travailler, existe autrement qu’en s’occupant des petits « et puis on pourra faire plus de trucs toutes les deux comme ça ».
      Alors madame L laissera les larmes couler, les premiers jours, l’émotion la surprendra, en bouffée, n’importe où, n’importe comment. Et puis un soir, elle rentrera pour retrouver ses enfants et elle verra qu’ils sont bien. Ce sera un soir de printemps, on pourra prendre l’apéro dehors sur le petit muret, faire le tour du jardin pour sentir les roses, comparer les parfums, jouer à faire des galipettes sur l’herbe fraîche et même tâcher ses jolis vêtements. Parfums de printemps.
     Et puis il y aura les vide-greniers qui recommenceront, les petits trésors chinés et mademoiselle Blanche qui commence à collectionner les petits objets. Il y aura les amis qui reviendront profiter de la campagne et les ballades à cheval, les galops qui font tout oublier. Il faut que madame L s’accroche à cette idée. Chaque soir en poussant son portail, elle oubliera son travail pour retrouver ses enfants. Alors ce sera comme une nouvelle journée en condensé et chaque jour de la semaine un petit concentré de dimanche jusqu’à ce que le soleil soit couché. On ne fera rien, rien de spécial, mais on sera bien, content d’être là, tous ensemble, et de savoir que dès demain, on recommencera.

marion

par marion

separation

Posté par rbldg à 10:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    c'est drôle ce billet écrit il y a quelque temps déjà et tout c'est passé comme elle le disait, jusqu'à l'apéro sur le petit muret très récemment. Bravo Madame L

    Posté par Gaufrette, 16 mai 2008 à 21:43

Poster un commentaire